Produit de l’imagination de Corrado Onnis

 

Georges savait que ce n’était pas un simple puits à souhaits, en tout cas, pas un comme les autres

Il le savait depuis le début mais il ne pouvait le révéler à personne, comment le pourrait-il ?

Ce puits était pour lui la pointe de l’étoile la plus lumineuse filant dans les cieux et au-delà dans les replis infinis de l’espace et du temps.

C’était une quête pour un but encore plus éclatant.

Il le savait, il le sentait, il avait toujours vécu avec cette sensation.

Il était sur que quiconque se rendait en ce lieu magique ressentait une forte attirance pour quelque chose qui ne pouvait s’expliquer simplement, quelque chose que l’on ne pouvait voir mais dont on pouvait sentir la présence tout autour.

Voilà pourquoi il était très important pour Georges de partager ces brefs moments avec quiconque prenait plaisir à une conversation chaleureuse, il essayait ainsi de transmettre un des secrets de l’art de vivre simplement.

« Le soleil brille dans les cœurs de ceux qui croient que personne ne devrait se sentir étranger en ce monde »

Il venait d’ouvrir une porte particulière, une porte ouverte sur cette gentillesse et cette humanité qu’il avait lui-même connue lors de ses voyages dans un monde de misère et de beauté.

Sa soif de connaissance le porta à découvrir la beauté de la misère de ceux qui sont sans voix et ont du mal à survivre et la misère de la beauté de ceux qui sont dans l’opulence et les prennent de haut.

Mais dans tout cela il ne s’autorisa jamais à fermer cette porte à aucun d’entre eux car il savait que la lutte pour ce qui est juste ne pouvait être remportée sans reconnaitre ces deux éléments comme partie intégrante de la même humanité.

 

Si je pense à lui maintenant, alors que j’écris ce petit produit de mon imagination j’arrive presque à voir ses yeux souriants qui brillent en nous invitant tous à venir nous asseoir au bord du puits à souhaits… cette pointe de la flèche du désir qui nous mènera à la recherche de Georges et de son inspiration infinie, pardessus les cieux azurs et… au-delà.

« Humble hommage à Georges Whitman à qui je n’ai jamais eu le plaisir de parler, mais… je suis certain d’avoir eu le plaisir d’une conversation avec ses yeux souriant, assis autour du puits des désirs.

Corrado Onnis

Paris 04/04/2013….Firenze 14/04/2013

Une courte nouvelle inspirée par une touche d’humanité, écrite à la librairie Shakespeare and Company et revue chez moi lors d’un moment de silence inspiré.


Special Thanks to Dr. Dominique Bichon who translated "The Wishing Well" in the French language